Comment faire pour calculer le taux d’absentéisme ?

Le calcul du coût de l’absentéisme s’avère souvent compliqué. En raison de cette complexité, il est généralement méconnu des DDH. Vous aussi vous ne maîtrisez rien du calcul du taux de présence ou d’absentéisme ? Vous a-t-on déjà parlé du coût de l’absentéisme et vous êtes restés coït ? Notre article a essayé de répondre à toutes vos interrogations sur cette évaluation mathématique. 

Comment se fait le calcul du taux de l’absentéisme ?

Il y a une formule du taux d’absentéisme qui est la plus connue par le public. C’est le rapport entre le nombre d’heures d’absences de la période et le nombre d’heures théoriques travaillées au fil du temps multiplié par 100. Les périodes qui servent fréquemment au calcul sont l’année et le mois. 

A voir aussi : Prix d’une vidange : combien cela coûte vraiment ?

Un exemple pour faciliter la compréhension : on a une société de 16 employés travaillant à plein-temps dans l’entreprise. Au cours du premier mois de l’année, il y a eu sept jours d’absence. La période d’absence est donc de 7 heures/jour x 7 jours d’absence= 49 heures d’absence.

Théoriquement, la fréquentation des clients dans la société est de 22 jours. Donc, on a nombre moyen de jours travaillés x 7 heures x 16 employés =2464 heures. Ce qui donne Taux d’absentéisme= (49/2464) x100=1,99 %

A lire également : Sécurité et performance : choisir le bon pneu moto 180/55 ZR17

Les différentes absences à considérer

Le calcul du coût d’absentéisme est universel et peut s’appliquer à toutes les formes d’entreprises. Toutefois, la comparaison de ce taux entre entreprises est complexe, car l’absence est relative à chaque entreprise. Il existe ainsi plusieurs sortes d’absences envisagées. Les différents types d’absences auxquels peut répondre une entreprise sont inclus dans la formule du taux d’absence.

Il y a les absences injustifiées ou mal motivées. Nous avons également les accidents du travail, les déplacements domicile-travail ainsi que les maladies professionnelles. Enfin, il y a les évènements familiaux et les enfants malades abandonnés. On peut aussi inclure les absences pour cause de maladies courantes. Par contre, les grèves sont exclues.

Quels sont les autres indicateurs du taux d’absentéisme ?

Il existe plusieurs critères pour déterminer le coût d’absentéisme. On a le nombre de jours travaillés théoriquement ainsi que le nombre de jours d’absence sans les conflits sociaux. 

On compte aussi le nombre de jours d’absence en cas de maladie et la répartition des absences faute de maladie. Cette répartition se fait suivant la durée de la maladie. Le nombre de jours d’absence pour maternité et le nombre de jours d’absence attribués à d’autres causes sont inclus aussi.  

Quel est l’impact direct de l’absentéisme sur l’économie ?

L’évaluation du coût de l’absentéisme est complexe, car elle fait intervenir beaucoup de variables. Les coûts directs des absences au travail sont assez faciles à évaluer. Ils prennent en compte le montant brut des salaires et des cotisations sociales du salarié absent. C’est la surtaxe patronale. 

Elle est l’ensemble des taxes que paye l’entreprise malgré l’absence de l’employé. Cela comprend les allocations journalières de sécurité sociale ainsi que le maintien du salaire. Pour beaucoup d’entreprises, ces coûts assumés par les entreprises sont des dépenses inutiles. 

Il faut donc inclure l’absence de contribution du salarié à la valeur ajoutée du jour d’absence dans les coûts directs. Selon les estimations, le coût des jours d’absence avoisine 5,8 % de la masse salariale. 

Quels sont les coûts indirects de l’absentéisme ? 

Les coûts indirects de l’absentéisme sont des coûts cachés. Il y a les coûts de remplacement du salarié absent. Cela s’applique lorsque l’entreprise a signé un contrat incluant une durée de période intérimaire. On a aussi les frais administratifs qui comprennent le temps perdu par l’entreprise pour gérer les absences du personnel.  

Il faut compter aussi les frais occasionnés par les dysfonctionnements organisationnels et les coûts de l’improductivité. Les remplaçants doivent être formés au travail qu’effectue l’absenter ou les collègues s’occuperont de sa tâche. Cependant, ils peuvent être inefficaces. 

Sans oublier les coûts sociaux, c’est-à-dire les coûts administratifs supplémentaires qui s’appliquent au service du personnel. Pour finir, il y a les coûts d’image, car cela peut entraîner l’insatisfaction des clients. 

Mine de rien, l’absentéisme peut faire perdre beaucoup à une entreprise. Vous pouvez générer automatiquement vos indicateurs sociaux si vous le souhaitez pour faciliter le calcul. 

Il existe des sites qui proposent des outils propices à ce genre de taches. Il suffit d’inscrire le modèle de votre entreprise et les caractéristiques de vos employés. Et vous pourrez facilement avoir vos indicateurs sociaux. 

Copyright 2024. Tous Droits Réservés